Nos villages

Carte

Newsletter

 » 

réseaux sociaux

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ou suivez notre fil d'actualité RSS !

Facebook Twitter Flux RSS

Les prairies humides

Les prairies humides( mésotrophes et eutrophes) sont des prairies développées sur des sols modérément riches à très riches en nutriments, sur des sols alluviaux ou fertilisés, mouilleux ou humides, souvent inondés (au moins en hiver), fauchées ou pâturées légèrement.

Les prairies humides

On retrouve sur le territoire quelques prairies humides particulièrement intéressantes du point de vue de la biodiversité. La richesse biologique de ces prairies pourraient cependant être accrue par le développement d’autres espèces rendu difficile suite à un pâturage parfois excessif.


Ces prairies incluent un grand nombre de communautés originales, souvent riches en espèces, dont beaucoup abritent des espèces spécialisées, rares et menacées (plantes et animaux).

Les prairies humides de fauche présentent une végétation souvent hétérogène du fait de la forte humidité du terrain et des difficultés d’effectuer une fauche régulière. Typiquement d’aspect « en mosaïque », avec des zones à joncs, des zones ± humides et des zones marginales à hautes herbes hygrophiles. Ces prairies sont caractérisées par une présence importante de graminées prairiales, accompagnées d’une grande variété d’espèces hygrophiles.

Espèces plus fréquentes :

  • Graminées prairiales communes : Poa trivialis, Festuca pratensis, Holcus lanatus, Alopecurus pratensis
  • Dicotylées : Ranunculus repens et Trifolium repens.

    Ces espèces prairiales sont toujours accompagnées d’un cortège d’espèces indicatrices d’une forte humidité du sol, et transgressives du Molinion et du Filipendulion. Les plus caractéristiques sont : Caltha palustris, Carex disticha, Cirsium palustre, Epilobium parviflorum, Dactylorhiza majalis, Juncus effusus, Juncus acutiflorus, Juncus conglomeratus, Lychnis flos-cuculi, Mentha aquatica, Scirpus sylvaticus, Stachys palustris, Lotus uliginosus, Angelica sylvestris, Valeriana dioica, Agrostis canina, Cirsium oleraceum (Gaume) + Myosotis nemorosa, Polygonum bistorta.

Principales menaces pesant sur ces milieux :

  • la fertilisation
  • le pâturage intensif
  • le drainage
  • l’abandon