Accueil » Nos projets > Biodiversité et agriculture > Pratiques agricoles > Conférence : agriculture et apiculture
  • A
  • A+
Version imprimable

Nos villages

Carte

Newsletter

 » 

réseaux sociaux

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ou suivez notre fil d'actualité RSS !

Facebook Twitter Flux RSS
Conférence : agriculture et apiculture
A l'agenda:

Conférence : agriculture et apiculture

Le 08-06-2018

Le vendredi 8 juin 2018, se sont réunies une cinquantaine de personnes (apiculteurs, agriculteurs et citoyens) pour essayer de comprendre la complexité de la vie d’une abeille, de son écosystème et les enjeux actuels.

La soirée organisée par le PCDN de Florennes en partenariat avec la bibliothèque de Florennes et le Groupe d’Action Locale (GAL) de l’Entre-sambre-et-meuse s’est déroulée en trois moments : une présentation d’un expert, un témoignage d’un agriculteur-apiculteur et une échange entre les participants.

Conférence d’Etienne BRUNEAU du CARI

Voici quelques chiffres et éléments clés qui ont été fournis au cours de la soirée :

  • Il y a une diminution du nombre de ruches (perte de 9.6% en 1 an) mais aussi du nombre d’apiculteurs (perte de 4% en 1 an)
  • La colonie d’abeilles peut butiner dans un rayon allant jusqu’à 6 (14) km, c’est à dire qu’elle couvre une zone allant de 100 ha à 10 000 ha en fonction des conditions climatiques
  • L’abeille est un insecte social mais n’a rien de commun avec un animal domestique
  • 78 % des espèces pollinisées en Europe le sont par les insectes (abeilles)
  • 76% de la production agricole dépendent de la pollinisation par les insectes = 153 milliards d’euros
  • La santé des abeilles dépend de nombreux facteurs (spécifiques à l’espèce et externes) tels que les parasites, les pesticides, les conditions climatiques, la gestion de l’apiculteur, l’habitat et les ressources en nourritures…
  • Des conseils pour les apiculteurs : choisir un bon emplacement, se former à une meilleur connaissance des mécanismes naturels qui régissent les abeilles et leurs relations avec la nature, limiter l’utilisation de produits chimiques et favoriser l’utilisation de techniques naturelles de lutte….
  • Des conseils pour les agriculteurs : réduire les risques liés à l’utilisation des pesticides (choix des produits et moment de l’application), réduire les risques liés au fauchage (moment et vitesse de fauchage), favoriser les bandes aménagées en faveur des pollinisateurs...
    Conférence : agriculture et apiculture
    Présentation du CARI

Témoignage par un agriculteur-apiculteur, Monsieur Bruno Van Wilder

Son discours nous a permis de comprendre que ces deux mondes ne sont pas opposés.
Monsieur Van Wilder possède une dizaine de ruche depuis 4 ans. Depuis l’arrivée des abeilles, il a une réflexion sur leurs besoins à l’échelle de son exploitation car il sait au final tous les bénéfices que lui apportent ses travailleuses discrètes. C’est pourquoi, il fait des essais dans ses mélanges mellifères pour qu’ils soient le mieux adaptés aux besoins de ses abeilles, il fait également attention au moment de pulvérisation.

Il est conscient de la toxicité des produits phytos agréés et se pose des questions par rapport à la fiabilité des tests qui sont faits. Comment être sûr qu’un produit qu’on vous dit sans danger, l’est réellement ?
Il signale également que l’apiculteur utilise aussi des traitements contre le Varroa (parasite des abeilles) au sein d’une colonie et que cette manipulation est délicate. L’importance d’une formation de qualité en apiculture ne doit pas être négligée. Être apiculteur ça ne s’improvise pas !

En conclusion

Nous devons agir ensemble apiculteurs, agriculteurs et citoyens pour la protection et la sauvegarde nos abeilles.
Ensemble nous pouvons travailler à plus grande échelle et obtenir un environnement plus diversifié. Nous devons réapprendre à travailler avec la nature et non contre la nature. Et pourquoi ne pas favoriser l’utilisation de l’abeille comme un indicateur d’un milieu agricole de qualité ?