Accueil » Nos projets > Biodiversité et agriculture > Restauration d’habitats > Bientôt une population d’oreillards ou autres fées de la nuit à la ferme de l’Abbaye de Florennes ?
  • A
  • A+
Version imprimable

Nos villages

Carte

Newsletter

 » 

réseaux sociaux

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ou suivez notre fil d'actualité RSS !

Facebook Twitter Flux RSS
Bientôt une population d'oreillards ou autres fées de la nuit à la ferme de l'Abbaye de Florennes ?

Bientôt une population d’oreillards ou autres fées de la nuit à la ferme de l’Abbaye de Florennes ?

En 2017, Marie Mondry, chargée de missions « Agriculture & biodiversité » au sein du Groupe d’Action Locale (GAL) de l’Entre-Sambre-et-Meuse a sensibilisé les agriculteurs du territoire à la présence et l’importance des hôtes hébergés au sein de leur ferme. Une quinzaine de nichoirs à chauve-souris (fournis par Plecotus) ont été placés.

Dans la suite, un dispositif plus important vient d’être mis en place sur la commune de Florennes, en ce début de janvier 2019. L’ancienne bergerie de la Ferme de l’Abbaye a pu être aménagée en gîte à chauves-souris, grâce à l’accord de l’agriculteur, Monsieur Kris Van Wynsberghe, impliqué en tant que ferme-pilote du territoire.
Bientôt une population d'oreillards ou autres fées de la nuit à la ferme de l'Abbaye de Florennes ?
Paul Michaux (naturaliste local) avait signalé que le lieu présentait déjà de nombreuses anfractuosités et cavités propices à l’accueil des chauves-souris pour leur période d’hibernation. Cependant des températures beaucoup trop basses, la luminosité et des courants d’air importants nuisaient à son occupation. Grâce à des explications sur le terrain et à un dialogue constructif entre tous les acteurs (service technique communal, Plan communal de Développement de la Nature (PCDN), GAL, naturaliste et agriculteur), le chantier a pu se réaliser dans de bref délai, avec des matériaux adaptés (isolant en stérodur, panneaux de coffrage noir), une facilité d’accès pour le suivi et sans gêne pour l’agriculteur.

Cet aménagement a été financé grâce aux subventions du PCDN coordonné par Madame Yasmina Djegham, éco-conseillère de Florennes.

A l’inspection rapide des lieux, déjà un oreillard roux (Plecotus auritus) était présent.

Vivement l’hiver prochain pour découvrir les pensionnaires !

nichoir à chauves-souris Oreillard roux Le personnel communal en action Bergerie après (vue extérieure) Porte d'accès pour le suivi des populations Bergerie avant (vue intérieure)